Les Papotis de Thalie

PDT-2020-TEUFELSBERG-SPY_TOWER-COUVERTURE
Allemagne Berlin Insolite

Teufelsberg, la montagne du diable, point culminant de l’espionnage et du Street Art à Berlin

« Si je n’ai pas peint pendant quelques jours, ça me démange les doigts. Il doit y avoir quelque chose de nouveau et j’ai besoin de l’aventure » Tobo (Street- artist berlinois)

Du haut de ses 114 mètres, le Teufelsberg offre un panorama à couper le souffle sur Berlin et ses environs. C’est en rentrant d’un week-end dans la Spreewald que ma fille a eu l’ingénieuse idée de me faire découvrir la Montagne du Diable : le Teufelsberg de Berlin.Situé au cœur de la vaste forêt de Grünewald, près du stade olympique, c’est un lieu incroyable.

Si vous cherchez une promenade insolite et originale, si vous êtes comme moi passionné(e) de Street-Art, chaussez vos chaussures de marche, prenez une gourde d’eau fraîche et go !

Et s’il fait très chaud, comme c’était le cas dimanche dernier, vous pourrez ensuite vous rafraîchir à Teufelsee (Lac du diable), un lac où les Berlinois nudistes et autres aiment se retrouver le week-end.

Le Teufelsberg, un lieu chargé d’histoire

Une université nazie

Hitler avait choisi la forêt de Grünewald pour ériger une université militaire et technique nazie. Ses plans ayant été stoppés par le début de la Seconde Guerre mondiale, cette université ne verra jamais le jour.

Après la guerre, Berlin est un vaste champ de ruines. Teufelsberg est alors construite avec les gravats de la capitale allemande, ensevelissant ainsi l’université nazie, œuvre inachevée de l’architecte mégalomane du III° Reich, Albert Speer.

Teufelsberg, centre d’espionnage de la NSA à Berlin

A partir de 1957 et durant toute la période de la Guerre Froide (1947-1991), la NSA (National Security Agency), organisme gouvernemental du département de la Défense des Etats-Unis, transforme la montagne en centrale d’écoute. Le Teufelsberg devient alors l’un des plus gros centres opérationnels de l’espionnage américain, et ce jusqu’à la chute du Mur de Berlin en 1989.

Le principal objectif de l’unité spéciale formée à cette mission d’espionnage était d’intercepter les messages en provenance du bloc de l’Est, RDA et URSS. Ces hommes et femmes de l’ombre (environ 1.500 personnes) travaillaient dans des conditions difficiles, dans des bureaux sans fenêtres, sans lumière naturelle, sans air conditionné.

La station ferme définitivement à la chute de la RDA et du bloc soviétique mais les bâtiments que l’on voit aujourd’hui aux dômes de radar imposants recouverts de bâches blanches datent de cette époque.

La tour principale (The Spy Factory) est actuellement, pour des raisons de sécurité, interdite au public.

Teufelsberg été 2020

Teufelsberg, temple de la culture alternative berlinoise

Il est impossible de passer à côté de Teufelsberg. Voyageurs passionnés de street art et de culture alternative, voyageurs curieux, si vos pas vous mènent à Berlin, ne ratez pas ce lieu insolite et unique, chargé d’histoire.

L’ancienne centrale d’écoute de la NSA est un endroit complètement surréaliste ! Son architecture industrielle s’ouvre sur des salles bétonnées gigantesques, des portes métalliques lourdes aujourd’hui condamnées et inaccessibles. Un univers confus et chaotique, avec partout ou presque des tags, des graffitis et des oeuvres de street art. Jadore !
Teufelsberg_été 2020

Teufelsberg_été 2020Insta @teufelsberg Photo @lespapotisdethalie

Tobo, street artist berlinois

Tobo, de son vrai nom Tobias Friesike, est né à Berlin en 1985. Fasciné par les graffitis depuis son plus jeune âge, on peut dire qu’il est vraiment devenu artiste à huit ans.

Erik Rotheim, un ours berlinois très bavard

Après s’être essayé à différents styles, Tobo crée son propre personnage, un ours berlinois nommé Erik Rotheim. Ce dernier tient son nom de l’inventeur de la bombe aérosol et illustre avec humour et facétie les œuvres de l’artiste. Tobo dit de lui : « It’s a Berliner bear with a lot to say » (C’est un ours berlinois qui a beaucoup à dire).

Le Street artist innove en permanence avec ses bombes aérosol. Des sujets remplis d’humour, des histoires colorées et sans tabou qui racontent avec insolence les aventures et états d’âme de son célèbre ours berlinois Erik Rotheim.

Teufelsberg Berlin est aujourd’hui l’un des terrains de jeu favori de l’artiste qui s’est approprié une grande partie des galeries et tunnels de l’ancien centre d’écoute de la NSA. Et ce pour le plus grand plaisir des visiteurs. En tout cas, pour le mien. J’adore l’impertinence du personnage !

Teufelsberg_Tobo_TotemInsta @tobo.berlin Photo : @clatering
Teufelsberg_été 2020Insta @tobo.berlin Photo @lespapotisdethalie

Informations pratiques

Teufelsberg Berlin – Teufelsschaussee 10 – 14193 Berlin (Allemagne)

Y aller depuis Berlin : prendre le S-Bahn et descendre à la station Heerstrasse. Prévoir environ 30 minutes de marche pour accéder au site via la Teufelsseestrasse. En voiture, il faut compter 40 minutes via B2/B5.

Ouvert du mercredi au dimanche de 10h à 20h. Tarif : 5€. Plus d’informations ici. Compte-tenu des mesures sanitaires liées au Covid-19, je vous invite à bien vous informer avant de faire le déplacement.

Tobo @tobo.berlin Acheter une œuvre ici

Bonne promenade mes petits papoteurs ! Restez connectés. Les Papotis de Thalie vous réservent encore de très jolies pépites de cet été 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *